I’m from Rennes rend hommage à Simon Carpentier

Le musicien de Her, décédé fin août, était aussi un des piliers du festival rennais depuis plusieurs années. L’évènement a donc souhaité lui rendre hommage tout au long de son édition 2017.

« Cette édition, on l’a faite avec lui, c’est donc évident qu’on lui rende hommage ». Lui, c’est Simon Carpentier. Co-fondateur du groupe Her, il est décédé des suites d’une longue maladie le 13 août dernier. Pour son édition 2017, le festival I’m from Rennes a décidé de multiplier les clins d’œil à sa mémoire. Le musicien était en effet très actif dans l’organisation de l’évènement, et même « le plus jeune membre de l’équipe » précise Youl Reicher, musicien lui aussi à l’initiative de l’évènement. La page 2 du programme, traditionnellement dévolue à l’édito, a ainsi été remplacée par une photo du jeune homme. Lors de la traditionnelle « photo de famille », mercredi 20 septembre 2017, une image de l’ancien Popopopops était également exposée.

Un des programmateurs du festival

Ces hommages traduisent un élément plus méconnue de la vie de Simon Carpentier, son implication dans sa ville et dans le festival I’m from Rennes. « C’était un élément essentiel dans l’histoire du festival et dans son organisation » explique Cédric Bouchu, une des têtes pensantes du festival. Ensemble, ils étaient d’ailleurs en charge « de la programmation », avec souvent « un côté visionnaire » pour Simon. « Il s’intéressait à toutes les musiques » rappelle Youl Reicher, et « nous a sensibilisé à l’électro et au rap », qui ont une place importante cette année dans le festival. Il soignait aussi l’accueil des artistes, mettant un point d’honneur à « les accueillir comme à la maison » car ils jouaient « à domicile ». Au sens propre parfois avec les concerts en appart’.

Photo famille 2017 I'm from Rennes
Photo de famille 2017 de I’m from Rennes, regroupant les musiciens de la scène locale.

Très impliqué dans sa ville

Les témoignages des membres du festival montrent aussi que c’est globalement toute la scène rennaise qui a été impactée par la mort du jeune artiste. « Tout le monde a été touché » d’après Cédric Bouchu car « il cherchait à rassembler les gens ». Un point que confirme Youl Reicher qui le décrit comme « aimant discuter avec les gens », ce qui explique les nombreux témoignages venus de Rennes, mais plus globalement en France comme l’artiste Louane. Le jeune homme était aussi « très impliqué dans la ville » à l’image du festival, ayant fait le choix de « rester à Rennes » quand plusieurs amis s’installaient à Paris.

Un coup dur pour l’organisation de l’évènement

Si la disparition de Simon Carpentier est intervenue en pleine préparation du festival, ses organisateurs l’assurent, il n’a jamais été question d’annuler, « car il nous a demandé de continuer » raconte Cédric Bouchu. S’il voyait le festival comme « quelque chose qui allait durer », l’équipe avoue que c’est un coup dur, avec une personne qui sera difficile à remplacer. Car malgré la montée en puissance du festival, « l’équipe s’est réduite » d’après l’ancien animateur de Canal B. Ne bénéficiant pas d’importants financements, jouant beaucoup la carte de la gratuité, I’m from Rennes pourrait en effet s’essouffler malgré un succès populaire toujours plus important. A fortiori avec la perte d’un de ses piliers…

Plus d’info
Le festival I’m from Rennes se poursuit jusqu’au dimanche 21 septembre 2017, avec des concerts dans les bars, une nuit du samedi au 1988 Live Club et un week-end complet au Thabor pour petits et grands.
En savoir plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *