Budget participatif: quelles réalisations ?

Plus de 17 000 citoyens, collectifs et associations ont contribué au budget participatif lors des deux premières éditions, à Rennes. Qu’en est-il de la matérialisation des 98 projets retenus ?

Capture d’écran de la page d’accueil de La Fabrique Citoyenne

Alors que le troisième budget participatif vient d’entrer dans sa phase d’analyse par la Ville de Rennes, l’avancement des projets retenus lors des deux éditions précédentes (2015/2016 et 2016/2017) interroge :

De l’aménagement de l’espace urbain (jardins autogérés, terrains de sport, etc.) au transport et à la mobilité (pistes cyclables), en passant par l’éducation et la culture, de multiples idées se sont bousculées dès le premier budget participatif. Après votes, 54 et 44 projets ont été retenus respectivement lors des deux premières saisons.

Missions accomplies ?

Avec un bilan de 31 projets réalisés, le premier budget participatif semble avoir atteint une partie de ses objectifs. Les différents quartiers ont bénéficié de rapides travaux pour améliorer le quotidien de leurs habitants. A Maurepas, des tables de pique-niques aménagées pour personnes en situation de handicap viennent d’être installées. Dans le quartier du Blosne, quatre terrains de basketball ont été inaugurés fin octobre.

La concrétisation de certains projets de la première édition a été notifiée de par leur situation stratégique dans la ville. C’est le cas du « banc géant » construit sur la place Hoche (terminé en septembre 2017) ou encore de la piste cyclable boulevard de Chézy (achevée en novembre 2016).

Concernant les nombreux projets voués à sécuriser l’usage du vélo, le dossier est sur la table de Nathalie Appéré, la maire de Rennes. Les initiatives proposées lors des deux premiers budgets recoupent avec les ambitions de la mairie de Rennes pour 2020. Elle s’est fixée pour objectif d’atteindre 20% de circulation à vélo d’ici 3 ans et de couvrir une plus grande surface en pistes et voies cyclables.

Des avancées en demi-teinte

Si plus de la moitié des projets de la première édition a pris forme petit à petit, 16 initiatives de la seconde édition sont en cours de réalisation et 23 semblent encore au stade de discussion.

Seules cinq ont été réalisées pour le moment, à l’instar de la tente de glanage sur les marchés, inaugurée le 11 novembre dernier, place des Lices. Le 25 novembre 2017 ont été récupérés 164 kg de fruits et légumes invendus puis distribués gratuitement après le marché.

Proposé par les Glanneurs rennais, « initiative citoyenne, solidaire et culturelle », ce projet a remporté un succès conséquent, raflant le plus grand nombre de votes (1024).

Autre projet fortement plébiscité lors du budget participatif 2 : les balançoires musicales. Les discussions entre Daily tous les jours, initiateur du concept au Canada, et Electoni[k], association porteuse du projet, pour importer l’expérience à Rennes, ne tarissent pas. Leur mise en place tardive s’explique par « un projet très important qui nécessite une adaptation majeure », selon Cyril Guillory, membre de l’association Electroni [k].

« La question de la réglementation française est également un élément majeur à bien maitriser. »

, ajoute Cyril Guillory. D’où un retard qui devrait porter sa concrétisation à 2019.

Quelle pérennité ?

Le flou persiste pour certains projets à cause de localisations indéterminées, d’échéances inconnues ou de manque de communication, responsables d’une impression d’abandon. La mise en place réelle des projets demande un investissement sur la durée de ceux qui les portent et de la patience pour ceux qui les ont encouragés par leur vote.

Les réalisations actuelles doivent se confronter à une autre question, celle de leur pérennité. L’enveloppe offerte par la mairie de Rennes a le mérite d’accompagner le lancement des projets. Mais qu’en sera-t-il de leur durabilité face à des conditions financières incertaines ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *