La ZAC Baud-Chardonnet mise sur la mobilité douce

La ZAC Baud-Chardonnet est en phase de construction dans le cadre d’un projet d’aménagement qui devrait aboutir en 2027. Des travaux qui entendent favoriser la mobilité douce et la connectivité avec le centre-ville. L’accès aux moyens de transport s’avère essentiel dans l’attente de l’installation des premiers commerces prévue en 2020.

« Limiter les circulations trop agressives ». C’est l’esprit du projet d’aménagement de la ZAC Baud-Chardonnet, selon Catherine Debroise, adjointe au maire chargée des quartiers centre/est et sud/est de Rennes. Le développement de la mobilité au sein de la zone se traduit par la primauté accordée aux modes de transport doux, alternatifs à la voiture.

Coup de frein sur les parkings

La volonté d’instaurer une mobilité douce se manifeste par la limitation des places de stationnement public au sein du quartier. Limitation qui n’est pas synonyme d’exclusion pour les automobilistes. Ce choix n’impacte pas les résidents du quartier qui disposent de parkings en ouvrage, autrement dit situés à l’intérieur des bâtiments d’habitation. “Pour les propriétaires, il y a 1,2 place de parking par logement. C’est 0,5 pour les locataires du parc social », avance Anaïs Landwerlin, chargée de médiation opérationnelle au sein de Territoires, aménageur de la ZAC. Les stationnements sont à moitié remplis actuellement. Quant à la future moyenne surface qui ouvrira en 2023, celle-ci aura une capacité d’accueil de 150 véhicules.


« Plus il va y avoir d’habitants, plus il va être compliqué de se garer », estiment Aude et Guillaume, membres du collectif artistique Elaboratoire qui accueillent cependant d’un bon œil l’idée d’un quartier à dominante piétonne et cycliste. Ils pointent également le « réel danger » que représente la vitesse de certains véhicules. Selon eux, une « vraie signalétique » devrait être mise en place pour la zone d’habitation afin de réguler la circulation.

Vélo et bus, un tandem gagnant?

Vélos, trottinettes, gyropodes ont d’ores et déjà investi le quartier Baud-Chardonnet. Des bandes cyclables bordent les axes préexistants à la création de la ZAC (avenue Jorge Semprún et rue Chardonnet) en plus des pistes cyclables jalonnant l’avenue François Château.

« On est sur des aménagements, je l’avoue, extrêmement précaires aujourd’hui. Mais à terme, il y aura comme dans tous les quartiers, des bandes cyclables et surtout des circulations douces », Catherine Debroise

Aude et Guillaume estiment la ZAC « praticable » en vélo et à pied. Le réaménagement récent de la promenade des Bonnets-Rouges permet selon eux de rejoindre rapidement le centre-ville, en « 10-15 minutes à vélo ». Tous deux constatent cependant un entrecroisement des axes cyclistes et piétons qui peut poser problème à certains endroits. Une passerelle reliant les deux rives de la Vilaine destinée aux piétons et aux cyclistes devrait être achevée d’ici 2021.

« C’est un quartier qui sera très accessible en bus. L’axe est/ouest est très performant », selon Catherine Debroise. Les lignes de bus C4 et C6, passant sur l’avenue François Château, permettent aux habitants de la ZAC de rallier le centre-ville en une dizaine de minutes. La fréquence a même été « densifiée sur cette axe » depuis qu’il a été refait, précise Anaïs Landwerlin. Aude et Guillaume vont dans le même sens en soulignant que les bus passent « tout le temps » y compris la nuit. Une donnée importante puisque la ZAC ne se situe pas à proximité immédiate de la future ligne de métro.

La patience est de mise…

Horizon 2023. Une date qui correspond à la mise en fonction des deux lignes chronobus qui viendront mailler le quartier. En attendant ces aménagements intra-ZAC, les habitants doivent prendre leur mal en patience. Si les résidents bénéficient d’un réseau de bus plutôt efficace à proximité, la localisation actuelle de l’arrêt pose problème: situé sur le Chemin de Baud, il est éloigné pour les habitants de Baud-Chardonnet qui réclament son rapprochement.

“On va en rediscuter avec Keolis mais le deuxième pont est assez stratégique pour eux car le dépôt de bus de leur service est à proximité”, Anaïs Landwerlin.

Le quartier pâtit également d’une carence de stations Vélo STAR: la plus proche se situant sur l’axe est/ouest, non loin de l’arrêt de bus. Anaïs Landwerlin assure que des stations sont prévues dans le projet d’aménagement. “Aujourd’hui, je ne peux pas vous dire combien, ni où elles vont être situées. Mais évidemment que sur une ZAC située à proximité immédiate du centre-ville, il y aura des stations de Vélo STAR”, a-t-elle affirmé. Elles seront probablement localisées sur la future centralité du quartier et à proximité du parc.

Les premiers habitants sont arrivés en octobre 2017. La ZAC accueille aujourd’hui environ 400 habitants. A terme, ce sont 5200 résidents qui vivront au sein de la ZAC.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *